Franière – Norbert GOFFETTE: une carrière de 40 ans au service de l’école communale.

De parents agriculteurs, Norbert Goffette voit le jour en 1910 à Léglise, province de Luxembourg et décède à Franière en 1985.

Il décroche un diplôme d’instituteur à l’école normale de Carlsbourg qui lui propose en 1932 un intérim à l’école de Soye en remplacement de Monsieur Lucien Legrain. Il accepte de quitter son Luxembourg natal et prend fonction du 10 mars au 16 juillet 1932. L’année suivante, la commune de Franière l’engage comme titulaire. Il y assumera aussi une fonction de chef d’école et prendra sa retraite en 1972. Une photo de classe de monsieur Goffette, année scolaire 1953 ou 1954 : Franière – école primaire communale – classe de 1953 ou 1954

De gauche à droite : messieurs Misson (décédé en mai 1957),  Steignier (décédé en 1954) et Goffette (décédé en 1985)

Pendant plusieurs mois, il occupe une chambre proposée par le bourrelier du village monsieur René Denet et partage la vie de la famille.

A gauche sur la photo, monsieur Denet, à droite monsieur Goffette.

C’est lors d’un bal à Soye qu’il rencontre Denise Piron, une jeune fille originaire de Liège.
Ils s’apprécient rapidement, se marient le 29 août 1936 et louent dans une maison proche du pont de la Sambre, rue du Rivage à Franière où il peut s’adonner à la pêche, une passion.

En 1959, avec trois autres décorés, il recevra une médaille civique de 1ère classe pour 25 ans de bons et loyaux services.

1. Norbert GOFFETTE, 2. Denise PIRON, épouse de Norbert GOFFETTE, 3.Petrus (dit Pierre) FUYEN, 4.Epouse de Petrus FUYEN, 5.Eliane GOFFETTE, fille de Norbert, 6.Epouse de Georges BLAVIER, 7.Marcel BRUART, Bourgmestre de Franière, 8.Georges BLAVIER, 9.Octave OLIVIER.

Eliane, sa fille unique, naît en 1944. A l’âge de 10 ans, elle accompagne ses parents à la rue de Fosses (act. rue de Deminche), où ils résideront toute leur vie. 

Elle épousera Jacques Deneumoustier, fils du commandant de la brigade de la gendarmerie de Floreffe, Son mari, horloger-bijoutier, deviendra le président de la compagnie des Zouaves. Le couple élèvera ses deux filles Nathalie et Régine.  Celles-ci et les petits-enfants veillent sur elle, veuve depuis 2013.

Eliane me présente des photos d’excursions organisées en fin d’année scolaire, notamment à Ostende et Givet. A cette époque, les parents pouvaient accompagner leurs enfants et à Givet notamment, certains participants avaient abusé de « PKGC ou d’Arcs-en-ciel ». La direction de l’école trouva que cela ne constituait pas le meilleur exemple pour les jeunes élèves. Aussi ce furent des enfants « orphelins » qui participèrent ensuite aux voyages, sous la seule responsabilité des enseignants.
Alain Denis, né en 1949, se souvient des incontournables lieux de destinations tant attendus dès le début de l’année scolaire; outre ceux déjà cités, la cascade de Coo, le barrage de la Gileppe, Montjoie, le zoo d’Anvers …

Laissons la parole à Eliane qui se souvient:  » Me voici au Rivage, passagère sur la moto de Papa, avec laquelle il effectuait tous ses déplacements y compris ceux qu’il entreprenait pour visiter sa famille en province de Luxembourg. C’est à la rue de Fosses qu’il achète sa première voiture , une DKW« .

Norbert Goffette et sa fille sur la BSA 250 cm³

Quand j’évoque le déroulement de la remise des prix en fin d’année, elle me glisse en souriant: » Papa avait appris le violon, à Carlsbourg certainement. Pour agrémenter la fête, et à cette occasion seulement, il jouait du violon pour encourager les chants des enfants et les stimuler. »

Un bien agréable moment partagé avec Madame Goffette, à l’occasion de ce regard vers le passé.

Michel Barbier et l’équipe Bibliotheca Floreffia, mai 2021.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.