Floreffe – rue Riverre – fouilles archéologiques en 1926

A Floreffe, les lecteurs attentifs du quotidien Vers l’Avenir du 29 octobre 1926 auront eu leur attention attirée par l’entrefilet ci-dessous :

Les Floreffois auront aussitôt rectifié d’eux-mêmes l’appellation du hameau «Reverre» en «Riverre». Jean-Marie Pector, auteur d’une «Histoire de Floreffe» parue en 1973, évoque ainsi ce quartier: «Le toponyme désigne tout le quartier de Floreffe situé entre l’actuelle laiterie et l’ancienne boucle de la Sambre, à la limite de Malonne.
… Le mot vient du lat. riparia signifiant bord d’un cours d’eau, rivage, pays environnant, voisinage immédiat.»

D’autre part, le journal situe cette découverte – effectuée au hasard de travaux de terrassement – «sur les bords de la Sambre».
En effet, il faut se rappeler qu’à cette époque (en 1926), la Sambre longeait à cet endroit la rue du Rivage, située sur le territoire de Malonne. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle notre historien local parle d’une «ancienne boucle de la Sambre» qui sera supprimée lors des travaux de rectification du cours de la rivière dans les années ´60.
Vers l’Avenir précise que la découverte se situe au lieu-dit «Al limite».
Si ce lieu-dit est aujourd’hui oublié, il est parlant par lui-même et signifie que nous nous trouvons bien à la limite avec Malonne (cf JM Pector).
Pour être encore davantage précis, nous localiserons ces fouilles à hauteur et dans les environs immédiats du rond-point actuel dit du «Point singulier» (terme de géométrie).

(Coll. privée)

Ainsi qu’annoncé en fin d’article de Vers l’Avenir, la Société Archéologique a pris le relais des terrassiers et du journaliste et communiqué ses propres conclusions dans un bref compte rendu de la revue Namurcum (3ème année n°4 de décembre 1926)

L’auteur se montre peu convaincu par l’hypothèse de son correspondant, M.Herman Pector, de Florennes, qui y voyait les vestiges d’une habitation romaine. Il penche davantage pour l’existence «d’un hangar dont la destination nous échappe.»
Des recherches plus approfondies (notamment sur les fouilles éventuelles lors des terrassements pour le passage de la RN 90 et du rond-point) pourront peut-être éclairer notre lanterne à ce sujet.

André Bodson et l’équipe de Bibliotheca Floreffia

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

six + quinze =