Floreffe – abbaye – peinture de Ferdinand MARINUS – 1863

Sur le pan de mur gauche de l’actuelle salle de réunion du Conseil provincial de Namur (Place Saint-Aubain, anciennement chapelle du palais épiscopal construit de 1728 à 1732) est accrochée une toile du peintre Ferdinand Marinus (1808-1890) représentant l’abbaye de Floreffe.

Crédit photographique : Pierre DANDOY

Originaire d’Anvers, Ferdinand Marinus fonda en 1835 l’Académie de dessin de Namur dont il devint le directeur éclairé. Parmi ses élèves, on peut citer Félicien Rops et François Roffiaen. En 1851, il offrit gracieusement au Conseil provincial de décorer la salle de réunion de paysages historiques de la province de Namur.

L’œuvre fut achevée pour la session de l’an 1854. Ces toiles remplacèrent heureusement une tapisserie du XIXème siècle. Jules Borgnet a consacré un article à ce don de l’artiste Marinus dans le tome IV des Annales de la Société archéologique de  Namur (1855).

La notice ci-dessus est extraite du livre de Norbert Bastin, ancien conservateur du musée de Groesbeeck-de Croix, «Le Palais provincial de Namur – 1730-1980» (Imprimerie Magermans, Andenne, 1981).

Note BF : Il est à noter toutefois que la toile aux dimensions de 210 x 225 cm représentant l’abbaye de Floreffe est datée de 1863 et a donc trouvé place au Palais provincial après les autres œuvres évoquées par Jules Borgnet. 

Pour en savoir plus :
. André Dulière, Les nouveaux fantômes de Namur (SA Les Presses de l’Avenir, Namur, 1983, 445 p.), pages 285 à 291.
. Jules Borgnet, Tableaux exécutés pour la salle du Conseil Provincial de Namur, par M. F. Marinus, in Annales de la Société archéologique de Namur, tome IV, 1855-1856, pages 1 à6.
. André Marchal, Le paysage en Wallonie au XIXe siècle in La Wallonie, le pays et les hommes (Lettres, Arts, Culture), La Renaissance du Livre, Bruxelles, tome II, 1978, pages 533-534.
. André Lessire, Nouvelles Glanes, n°3, avril 1998, pp. 2 à 7.

Crédit photographique : Pierre DANDOY 

Carte postale Nels éditée entre 1900 et 1914.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-neuf − 8 =