Floreffe – 1947 – L’Harmonie Saint-Charles en concert

En veilleuse pendant la guerre 40, les Harmonies de Floreffe et alentours reprennent vie après la Libération. Voici les musiciens floreffois à Bois-de-Villers vers 1947, dans un décor champêtre. A cette occasion, l’Harmonie locale  et celle de Floreffe s’associent pour donner un concert.
Réalisée par la maison Cinear, la photo ci-dessous est adressée à Octave Demeuse.

1. Emile MARTIN, trompette (a)
2. Roger CHRISTIANE, trompette (b)
3. Arthur MOUTON, trompette (c)
4. Léonard RENARD, trombone (d)
5. André VANDEVORST, trombone (e)
6. Musicien de Bois-de-Villers, joueur de tuba.
7. Joseph RENARD, joueur de tuba (f)
8. Musicien de Bois-de-Villers, joueur de bombardon
9. Joseph DEFURNAUX, joueur de bombardon (g)
10. Musicien de Bois-de-Villers, joueur de petite caisse
11. Octave DEMEUSE, saxophone-ténor (h)
12. Edmond DEFURNAUX, clarinettiste solo (i)
13. Musicien de Bois-de-Villers, clarinettiste
14. Musicien de Bois-de-Villers, clarinettiste solo.
15. Henri LAPIERE, clarinettiste
16. Raymond MOUTON, clarinettiste (j)
17. Musicien de Bois-de-Villers
18. Musicien de Bois-de-Villers
19. Musicien de Bois-de-Villers
20. René LESSIRE, clarinettiste (k)
21. Musicien de  Bois-de-Villers, baryton.
22. Jules DOUMONT, joueur de baryton (l)
23. ?, joueur de petite flûte (m)
24. Louis RENIER, joueur de hautbois (n)
25. François COURTIN, alto (o)
26. Camille POCHET, saxophoniste (p)
27. Musicien de Bois-de-Villers, joueur de bugle.
28. Georges RENARD, joueur de bugle (q)
29. Maurice LEGRAIN, chef d’orchestre (r)

(a) époux de Flore Renard, habitait au Cheval de Bois.
(b) habitait à Saint-Roch.
(c) époux d’Aline Philippot, habitait rue du Carmel, .
(d) neveu de Flore Renard, membre de l’équipe de football de l’US Floreffe. Fontainier à la Nationale des eaux à Gesves; en plus de ses compétences professionnelles, ses connaissances musicales facilitent son engagement chez Solvay où il intègre l’Harmonie de la société.
(e) employé aux Affaires économiques, habitait rue du Carmel.
(f) père de Léonard, habitait rue de la Gare.
(g) dit « Misaure », accordéoniste au départ, habitait à Saint-Roch. Comme il manquait une basse dans l’orchestre, il accepte de jouer du bombardon.
Au cours d’une répétition, le chef Legrain lui fait des remarques car à un endroit, il joue une noire suivie d’un point … ce qui signifie qu’il allonge…..la note. Il lui fait remarquer qu’il ne doit pas jouer le point qui ne figure pas sur la partition. Joseph distraitement ne tient pas compte du rappel à l’ordre et la tension monte quelque peu. A ce moment, il prend sa partition et après avoir vérifié au plus près, il déclareVos-avoz raîson, ci n’èst nin on pwint. Ç’èst-one chite di mouche”.
(h) époux de Clémentine Philippot, habitait rue Romedenne, correcteur aux imprimeries Duculot à Tamines et Gembloux et joueur de grosse caisse à l’occasion.
(i) fils de Joseph, époux de Bertha Denet, ouvrier SNCB, habitait au Coriat,
(j) frère d’Arthur, travaillait chez Heuse (HMS) comme ajusteur, puis comme maçon engagé par Ernest Filée qui construisait un bâtiment à Lesve.
Lorsqu’il se présente sur le chantier, celui-ci lui donne une pelle pour qu’il  envoie des gravats dans la benne d’un camion. Raymond ne fait ni une ni deux, d’un lancer énergique il jette la pelletée qui atterrit sur la route de l’autre côté du camion. Il est directement engagé et son nouvel employeur lui lance avec humour en wallon: “Vos-èstoz trop fwârt po bouter dè l’djoûrnéye. Il fut aussi joueur de football.
(k) époux de Paula Barreau, habitait au Coriat,.
(l) habitait rue Romedenne.
(m) cabinier, il avait eu les doigts gelés et n’avait dès lors plus été capable de jouer de la petite flûte.
(n) époux de Marie Delavenne, habitait  au château des grottes. Ses fils Arsène, Pierre et Lucien furent aussi musiciens de l’Harmonie.
(o) père de  Francine Courtin, épouse de Richard Quairia.
(p) originaire de Sovimont.
(q) brasseur qui livrait en priorité les produits de la brasserie montoise Labor, dont « l’Hanna Pils ».
(r) militaire musicien au 13ème de Ligne, père de Roger, ancien instituteur de Floreffe, tous deux clarinettistes. Maurice a donné cours de musique à Malonne et a tenu la baguette de chef de 1947-48 à 1968. Ce fut Jean-Pierre Doumont qui reprit le flambeau jusqu’en 2016.

Nos remerciements à Jean-Pierre DOUMONT pour le prêt de la photo et les commentaires
L’équipe Bibliotheca Floreffia

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq × 3 =