Sous l’occupation française – commentaires – Hector-Jean COUVREUR

Avant-propos :

À part … ceux du 112e de ligne et des chevau-légers belges devenu 27e chasseurs, les conscrits et volontaires des départements des anciens Pays-Bas autrichiens et de la Principauté de Liège, qui constituent la Belgique actuelle, furent versés dans presque tous les régiments de la Grande Armée avec les conscrits français et parfois allemands et hollandais des départements rhénans.

La conscription

1) Sous la République
… la conscription n’était pas une innovation et … sous l’Ancien Régime, on incorporait obligatoirement des jeunes gens destinés à étoffer les régiments dits « nationaux », au moyen de désignations résultant d’un tirage au sort dans chaque ville ou village.
Mais nous sommes en 1798 et la République n’admet aucune exemption dans la composition des listes d’appel pour les formalités du tirage au sort.
… Mais dans quelles proportions les participants au tirage étaient-ils appelés sous les drapeaux ? Cela dépend des années. Prenons à titre d’exemple, le détail de ce qui s’est passé dans le département de Sambre-et-Meuse sous la République et l’Empire.
En 1798, la population de ce département compte 165 192 habitants.
Sous la République (de 1797 à 1803) : 14 355 hommes sont portés aux tableaux pour les tirages ; 3 364 appelés; 2 078 incorporés. Réformés : 5 016.

2) Sous l’Empire (de 1804 à 1813) : pour une population dans le département de Sambre-et-Meuse de 165 192 habitants en 1804 (chiffres de 1798) et de 180 656 en 1812, on recense 6 838 conscrits.
… Nous constatons que 61 371 conscrits des départements wallons ont servi sous les drapeaux français de 1798 à 1814, dont 15 443 sous la République et 45 928 dans la Grande Armée napoléonienne.
… Pour la Belgique, … 36 285 ont servi sous la République et 112 996 sous l’Empire, au total donc 149 281 conscrits en seize ans.

….En apprenant cette nouvelle (Note Bibliotheca Floreffia: la première abdication de Napoléon, le 6 avril 1814 à Fontainebleau), des milliers de grognards ont quitté les rangs. L’Empereur n’est plus là, on s’en va ! Beaucoup n’attendent même pas leur congé régulier. Il leur importe peu qu’à côté de leur nom on inscrive le mot « déserteur », que l’on trouve si souvent sur le contrôle des régiments. Ce n’est pas la crainte de l’ennemi qui les fait partir mais la situation politique.
… (à Waterloo), en raison de circonstances imprévisibles, des Belges de tous grades se sont trouvés dans les deux camps.

Médaille de Sainte-Hélène.
Lorsqu’en 1857 l’empereur Napoléon III réalisa le vœu exprimé par Napoléon dans son testament de Sainte-Hélène, 14 162 anciens grognards (Note Bibliotheca Floreffia: en Belgique) … reçurent la décoration, et l’autorisation de la porter parut au Moniteur belge.
Ils y attachaient un grand prix, ainsi qu’en témoignent de touchantes requêtes …de petits, d’obscurs, de sans grade. La récompense y afférente provient de legs en argent du testament de Napoléon aux anciens soldats.

Extraits de :

Couvreur Hector-Jean, Général, Les Wallons dans la Grande Armée, Éditions Duculot S.A., Gembloux, coll. Wallonie, Art et Histoire, 1971, 88 pages.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.