Soye – Nelly Burton – institutrice et chef d’école

Madame Nelly, une institutrice-chef d’école, toute aux autres et musicienne.

Parmi les figures qui ont marqué la vie locale à Soye entre 1945 et 1992, soit presque toute la seconde moitié du XXe siècle, il en est une qui ressort particulièrement pour son omniprésence sur le terrain et l’estime unanime qu’elle réunit sur sa personne : Mme Nelly Burton, épouse Dinant, mieux connue sous le vocable familier donné par ses jeunes élèves, Madame Nelly.
Pour la clarté de cette biographie succincte, nous distinguerons successivement sa vie de famille de sa vie professionnelle avant de nous pencher sur les activités aussi variées que nombreuses de sa vie publique.

I. Vie privée

Nelly, Rosalie, Ghislaine Burton est la fille d’Henri Joseph Burton et de No bertine (sic), Adeline, Ghislaine Gérard et voit le jour à Soye le trois octobre 1923, dans la maison familiale au bas de la rue de la Pompe. Ses deux parents sont natifs du village de Soye auquel elle-même restera fidèle tout au long de sa vie.
Après sa scolarité à l’école communale du village, elle décroche le diplôme d’institutrice primaire à l’école normale des Sœurs de Sainte-Marie, à Huy, en 1942, avant de poursuivre une carrière d’enseignante.
Le huit février 1947, à 11 heures, devant René Gillain, bourgmestre de Soye, elle épouse Joseph, Jules, Ghislain Dinant, employé de chemin de fer domicilié à Soye, rue de Spy, n°12. Elle a vingt-trois ans, il en a vingt-deux et est le fils de Jules Dinant et de Christine Bajart. Ils auront une fille unique, Arlette, qui naîtra deux ans plus tard, le 19 décembre 1949 et trois petits-enfants, Laurent, Anne et Pierre.
Après leurs noces d’or en 1997, ils auront le bonheur de fêter leur soixantième anniversaire de mariage le dix février 2007, entourés de leur famille au grand complet et des autorités communales. Il reviendra au bourgmestre André Bodson, son ancien élève sorti en 1958, de les congratuler officiellement à l’occasion de ces noces de diamant, avec la touche d’émotion qu’on devine.
Leur petite-fille Anne, s’exprimant au nom des petits-enfants, ne manquera pas dans son allocution de souligner leur générosité, leur disponibilité, leur serviabilité.
Elle rappellera aussi les leçons de solfège et l’éclosion d’un talent musical exceptionnel en la personne de leur jeune frère Pierre, pianiste de renom international qui doit à sa grand-mère sa passion pour la musique.

Photo du couple Joseph Dinant-Nelly Burton et leur fille Arlette prise rue Saint-Amand, n°2, à proximité du logement réservé à l’institutrice, sur le passage longeant l’école vers l’habitation, côté route.
Nelly Burton et son mari Joseph Dinant.
1. Pierre Monnoyer, échevin, 2. Georges Duquet, échevin honoraire , 3. Benoît Mouton, échevin, 4. Philippe Vautard, président du CPAS, 5. André Bodson, bourgmestre, 6. Arlette Dinant, 7. ?, 8. Pierre Feraux, 9. ?, 10. Christelle Feraux, 11. Valérie Gorlier, conseillère communale , 12. Albert Mabille, échevin, 13. Louise Parmentier, conseillère communale, 14. Béatrice Bouvier, conseillère communale, 15. Thérèse-Marie Bouchat, échevine, 16. ?, 17. Nelly Burton, épouse Dinant, 18. Joseph Dinant, 19. ?, 20. Laurent Feraux.

II. Vie professionnelle

Dès l’obtention de son diplôme en 1942, celle qui allait devenir «Madame Nelly» fait ses premières armes à l’école moyenne ménagère de Jambes et ce, jusqu’en 1945, date à laquelle elle décroche un intérim dans son ancienne école de village, à Soye.
Elle remplace ainsi la titulaire et institutrice en chef, Mme Renée Ramlot-Bajart, en congé de maladie et démissionnaire pour raison de santé le onze août 1952.
À la rentrée des classes, en septembre 1952, Mme Nelly Dinant-Burton est nommée à titre définitif. Faute d’élèves, l’école ne compte plus provisoirement que deux classes à l’école des filles.
Mme Nelly dirige alors les première, deuxième et troisième années mixtes, tandis que les quatrième, cinquième et sixième années mixtes sont prises en charge par l’instituteur Lucien Legrain, Mme Josée Gilisse-Somville restant chargée de l’école gardienne (nous dirions aujourd’hui, l’école maternelle). Cette situation perdurera jusqu’en 1956; alors, le nombre d’élèves s’étant accru, Mme Dinant-Burton reprend la direction des degrés supérieur et moyen pour filles, tandis que Mme Ginette Declère-Delvigne est nommée institutrice pour le degré inférieur.

1. Mademoiselle Vandezande, fille du n°2
2. Madame Jeannine Remy, épouse  Vandezande, institutrice gardienne (1959-1963)
3. Monsieur Christian Bierlaire, instituteur (1962-    )
4. Madame Olivette
5. Madame Nelly Burton-Dinant, institutrice-chef d’école (1945-1981)
6. Madame Marie-Josée Plainchamps, épouse Gigot, institutrice primaire (1962-1968).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo de classe 1978-1979:

1. Elvire Legrain
2.
3.          Delforge (?)
4. Mme Nelly Burton-Dinant
5.
6.
7. Sabine Collard
8. Françoise Duruisseau
9. Suzanne Szucs-Szabo
10. Nadine Deguillaume
11. Christian Michaux
12.
13.
14. Georges Szucs-Szabo

Elle mettra un terme à sa vie professionnelle à près de 59 ans, en fin d’année scolaire 1980-1981, après une carrière de 39 années dont 36 à l’école de Soye. Mme Nelly sera fêtée par les autorités communales de Floreffe le quatre septembre 1981, entourée de ses anciennes collègues, en même temps que Mme Monique Sorée, ancienne institutrice de Buzet, épouse de Joseph Mathieu, échevin de l’enseignement.
Pendant de nombreuses années et notamment dans le courant des années 1960, la faible population scolaire de Soye restera un problème lancinant pour le personnel enseignant comme pour le pouvoir organisateur. Mais jamais, à aucun moment, Mme Nelly et son équipe ne laisseront tomber les bras, bien au contraire.

1. Camille Orban, chef d’école de Franière , 2. Rose-Marie Evrard, institutrice primaire à Franière , 3. Christine Trinval, institutrice maternelle à Franière, 4. Emmanuelle André, institutrice primaire à Franière , 5. Martine Georges, institutrice maternelle à Franière, 6. Arlette Lessire, institutrice maternelle à Soye, 7. Georgette Jossart, conseillère communale , 8. Danielle Lechien, chef d’école de Soye, 9. Roger Frérès, ancien bourgmestre , 10. Liliane Defosse, institutrice primaire à Soye, 11. Remi Lessire, conseiller communal , 12. Gérard Massart, conseiller communal , 13. Roselyne Herbay – Van Laer, institutrice maternelle à Buzet, 14. Pierre Poisseroux, secrétaire communal, 15. Père Louis Fierens, curé de Soye, 16. Didier Guillaume, agent communal, 17. Esther Romain, ancienne chef d’école de Floriffoux , 18. Jacques Doumont, conseiller communal , 19. Jacqueline Anciaux, institutrice maternelle à Floriffoux , 20. Arthur Lonnoy, chef d’école de Floriffoux , 21. Charles Custinne, secrétaire communal adjoint, 22. ?, 23. ?, 24. Laurent Verstraete, échevin, 25. ?, 26. Nelly Burton, ancienne chef d’école de Soye, 27. Joseph Dinant, 28. Monique Sorée, institutrice primaire à Buzet, 29. Joseph Mathieu, échevin, 30. Renée Dache, épouse Frérès.

III. Implications dans la vie locale.

La chorale paroissiale.
En dehors de son métier, la grande affaire de la vie de Mme Nelly fut, sans conteste, la chorale paroissiale. Créée en 1958 à l’époque du curé Albert Ledoux, la chorale se composait de Melles Céline Renier, Andrée Ramlot, Germaine Dupont et, bien sûr, son inspiratrice : Mme Nelly. L’organiste était Michel Rouffiange qui avait succédé en 1956 à Anselme Ramlot, le mari de Mme Renée Bajart, fille de l’ancien bourgmestre Joseph Bajart et ancienne institutrice en chef jusqu’en 1952.
Dans son album de photos-souvenirs, Mme Nelly note, en bas de la première page, que «cette chorale se terminera avec beaucoup de peines le 3 mai 1992.»
1968 fut l’occasion de fêter avec la solennité qui convenait le dixième anniversaire de la chorale qui avait renforcé son équipe de départ grâce à la participation de Melles Andrée Bierlaire, Arlette Dinant, M. et Mme Fulster, Melles Paulette Pégel, Nicole Pieret, Claudine Vits, MM. Claude Dumont, J.C.Fulster, Jean-Luc et Laurent Rouffiange, Louis Pégel, Jacques Bouchat et Joseph Pieret.
Le compte rendu de cette fête par le journal Vers l’Avenir nous apprend à cette occasion que la chorale n’avait pas réservé ses prestations à la seule église de Soye mais s’était produite à Onoz, Balâtre, Tongrinne, etc… jusqu’à Montolivet, commune française de Seine et Marne. Cette localité était jumelée avec Onoz d’où provenait le nouveau desservant de la paroisse de Soye, l’abbé Adrien Burteau. Celui-ci assuma les charges de la paroisse de 1960 à 1971, année de son décès. Lui succédèrent le Père Louis Fierens et ensuite, l’abbé René Gérimont, curé de Franière.
L’ambiance au sein de la chorale était chaleureuse, joyeuse et festive : les nombreuses photos-souvenirs restent pour en porter témoignage.

Pour en savoir plus, reportez-vous à la rubrique Soye – Activités locales – https://www.bibliotheca-floreffia.be/project/soye-la-chorale-paroissiale-1958-a-1992/

Le Conseil communal.
Institutrice communale, Mme Nelly devait son engagement et sa nomination au Conseil communal de même que l’école en dépendait également pour son fonctionnement.
La chef d’école restera donc toujours très proche des différentes équipes politiques qui se succèderont au pouvoir entre 1945 et 1981. Elle connut ainsi cinq bourgmestres successifs : René Gillain, René Robeaux, Gustave Denet, Armand Philippot (dernier bourgmestre de Soye) et Roger Frérès (premier bourgmestre de la commune de Floreffe après fusion).

Photo du Conseil communal au complet avec le personnel communal à l’issue de la dernière séance de décembre 1976 avant la fusion avec Floreffe.
1. Robert Herquin, conseiller communal
2. Père Louis Fierens, curé de la paroisse
3. Jules Looze, cantonnier-fossoyeur
4. Martial Denis, garde-champêtre
5. Lucien Legrain, instituteur
6. Gérard Massart, conseiller communal
7. Edmond Duterme, secrétaire communal
8. Joseph Bodson, conseiller communal
9. Nelly Burton-Dinant, institutrice
10.Marcel Dumont, échevin
11. Georges Philippart, conseiller communal
12. Gustave Denet, conseiller communal, ancien bourgmestre
13. Armand Philippot, bourgmestre

Manifestations patriotiques.
Entrée en fonctions en 1945 à l’école de Soye, Mme Nelly sera toujours sensible aux événements douloureux de la guerre et ne manquera jamais de témoigner, par sa présence et ses prises de paroles, sa volonté de sensibiliser les plus jeunes aux nombreuses manifestations patriotiques organisées à Soye comme partout à travers notre pays.

  1. Marcel DUMONT, Echevin des travaux – président de la section locale FNAPG
  2. Armand PHILIPPOT, Bourgmestre
  3. Gustave DENET, Bourgmestre de 1963 à 1970
  4. Robert HERQUIN, Conseiller communal
  5. Nelly DINANT-BURTON
  6. René VITS
  7. ???
  8. ???

Autres manifestations locales.
Telles que par exemple, le jumelage avec Prata di Pordenone, la visite du Roi Baudouin au séminaire le 9/10/1986, des noces d’or ainsi que plusieurs éloges funèbres prononcés en l’honneur d’anciens collègues.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1. Émile Lacroix, Gouverneur de la Province de Namur (1980-1987)
2. S.M.le Roi Baudouin (1951-1993)
3. Philippe Hugé, Député permanent (1983-1990)
4. Arnaud Decléty, Ministre Région wallonne (1985-1988)
5. André Bodson, Bourgmestre (1983-1994 et 2001-2018)
6. Amand Dalem, Ministre Région wallonne (1985-1992)
7. Nelly Burton, épse Dinant, chef d’école à Soye
8. Joseph Siplet, Brigadier-Champêtre.

Conclusions
Au travers de toute une existence aux activités multiples et diverses, c’est aussi la vie du village de Soye entre 1945 et 1992 que nous voyons défiler sous nos yeux.
Mme Nelly aura été notre fil rouge, notre guide inlassable et souriante pour nous promener dans cette époque difficile d’après-guerre où chacun devait panser ses plaies et œuvrer au relèvement de son pays, de son village.
Avec courage, détermination et compétence, avec aussi énormément de sensibilité, d’empathie et de générosité, Mme Nelly restera une figure marquante de cette époque.

André Bodson et l’équipe Bibliotheca Floreffia

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

trois × deux =