René Jadot – 3e partie -1er volet

La routine s’installe

Page 13

Le 4/12/16 je me rends
aux cuisines chercher le café. Pour
la 1ère fois, la neige se met à tomber
ce qui rend la vie plus triste et
moins agréable. Entre le café et la
soupe on nous sert pour la 1ère fois un morceau de
saucisson d’Allemagne. Vous jugez
du contentement général. L’après-
midi s’achève par une partie
de cartes. A la soirée, petite cau-
serie avec Louis, Ernest et Maurice.
Notre président Jean nous
égaie. La nuit est relativement
bonne. Le 5/12/16 réveil très tôt
tellement l’on est fatigué….
Après le cacao, nous faisons
partie de cartes. Vous pouvez
voir comment cela se passe
ici. A midi on nous sert

Page 14

la soupe au poisson. Le reste
de la journée s’achève dans le
calme, nous nous couchons très
tôt en pensant à la St Nicolas
en mettant notre plat. Nous nous réveillons
le 6/12/16 mais hélas nous sommes
complètement oubliés. Nous voyons
de loin le tableau du 6 au
matin dans le village : les trompettes, les bonbons,
les pains sucrés qui pourtant se-
raient les bienvenus ici . Nous
nous apprêtons comme toujours à
faire notre partie de cartes. Titin
vient de faire du café offert par
Désiré ce qui nous ranime
beaucoup vu que voilà 9 jours
que nous sommes séparés de
vous mais toujours très coura-
geux avec espoir d’un prompt
retour.

Page 15

Le reste de la journée s’achève
clopin-clopant. René12 et Louis font
une promenade dans notre baraque
avec Louis en parlant de nos famil-
les et de tout le village. Cette
journée fut remarquable surtout par un
mets nouveau : nous avons mangé
notre pain avec une bonne couche
de soupe !! Croyez bien que cela
nous a bien goûté. La nuit fut
relativement bonne. Le 7/12/16
la matinée relativement calme, une
partie de cartes, on compte 13
à 15 parties tous les jours pour
notre baraque. Après la ½ soupe
de midi nous nous étendons sur
notre grabat pour la grande
digestion. René reste étendu
jusque 3 heures et devra s’engrais-
ser terriblement.

12 René JADOT

Page 16

La journée s’achève dans le
calme en causeries et morceau de
sifflet par Ernest. La 9e nuit
comme presque toutes en général se passe
en doux souvenirs de nos familles
et du village. Le 8/12/16 le matin
après le thé on s’occupe d’envoyer
la seconde lettre à ses parents.
Partie de cartes habituelle jusque
midi moment de la soupe. L’après-
midi, visite de quelques amis et
causerie. Après le souper tradi-
tionnel concert musical par Ernest.
Comme intermède causerie sur
nos familles. Cette nuit est troublée
par quelques joueurs de steck13
qui n’ayant pas assez de leur
journée empêchent leurs ca-
marades de dormir mais passons
là-dessus. Le 9/12/16 deuxième

13 Un jeu de cartes se jouant à deux contre deux

Page 17

samedi de captivité. Le camp
se transforme en un salon de
barbier-coiffeur qui manque
de consommations seulement….
Journée normale couché assez
tôt. Voici arrivé le 10/12/16
2e dimanche, nous nous rendons
Ernest, Louis, Maurice, René à
la messe, un baraquement immen-
se en pente où l’on peut placer
10000 personnes. Seulement après
la messe pas de postil14 pour
attendre les copains afin de
siroter un bon verre ; c’est pourquoi
à 11h, au lieu de m’amuser à
Floreffe, je suis forcé pour passer
le temps de rédiger mes notes
de voyage en attendant la
soupe. A la soirée je me rends
à Malonne près de Ferdinand15 ainsi

14 Arcade à front de rue donnant accès à une avant-cour
15 Ferdinand JACQUES

Page 18

qu’à Fosses d’où je rentre vers 10h.
La nuit fut plus froide à cause qu’il
a gelé assez fort.

du 4/12 au 10/12/1916
La routine s’installe et le temps paraît bien long – La neige fait son apparition et le froid se fait sentir.

La première neige tombe le quatre décembre rendant la vie au camp «plus triste, moins agréable».
Cette deuxième semaine est marquée par la routine qui déjà s’installe dans le calme de trop longues journées d’oisiveté, entrecoupées de trop maigres repas. La grande affaire est donc de tuer le temps : causeries sans fin où il est question de la famille, du village, du retour au pays …de la saint Nicolas passée inaperçue.
Toutefois, une bonne tasse de  vrai café du pays offerte par un copain, Désiré, aide René à garder bon moral, dans l’espoir d’un prompt retour. Toujours, il gardera sa tournure d’esprit où prédomine l’humour, le second degré et il fait contre mauvaise fortune, bon cœur.
Ainsi, s’il se couche très tôt ( vers 21 h.), c’est tellement il est fatigué (de n’avoir rien fait de la journée…); et si après la demi soupe (!) de midi, il ressent la nécessité de s’étendre sur son grabat, c’est «pour la grande digestion» (alors qu’il a le ventre creux!). Et si enfin, il reste étendu jusqu’à 15h., il se dit qu’il va «terriblement s’engraisser »…
La vie du camp est réglée par les heures des trois repas quotidiens : tôt le matin,  à midi et à 17 h., occupée dans les intervalles par de nombreuses parties de cartes (13 à 15 par jour), des promenades dans le camp et ces causeries dont on imagine aisément les sujets rebattus.
Enfin, le retour du dimanche rappelle immanquablement les bons moments des dimanches à Floreffe, après la messe, où l’on «sirote un bon verre avec les copains».
Et quand il rédige ses «notes de voyage», il nous avoue que c’est «pour passer le temps».

René Jadot – 3e partie -2volet

Problème de santé et vaccination

Page 18

 

 

                                             Le 11/12/16
quinzième jour de notre départ, nous
comptons les jours comme vous voyez
car nous espérons être bientôt libérés.
Après le repas de midi, alerte : on
appelle tous les hommes de fer16.
La plupart sac au dos quittent le
camp mais ils nous reviennent
après un certain temps ??
Le 12,13, étant indisposé je ne
puis faire de récit. Le 14/12/16
journée normale je me rends à
la cantine chercher des citrons. La nuit
dernière je n’ai pu fermer l’œil
à cause de mon mal de tête et de
mon vaccinage. A la soirée je me
rends à Malonne voir Ferdinand
je bois là un bon bassin de
bouillon bien chaud après
quoi je reviens me coucher.

16 ouvriers travaillant le fer

Page 19

J’ai omis de dire que dans le
courant de la journée on a
délivré de la correspondance.
C’est avec amer regret que nous
constatons qu’il y en a pas pour
nous, cela nous ferait tant
de plaisir et nous donnerait
un peu de courage. L’ami
Maurice a délogé cette nuit… quel râleur.
Le 15/12/16 matinée ordinaire,
beau temps, beau soleil qui
nous égaie un peu de ses beaux
rayons. En général ici très peu
de pluie. Les journées deviennent
maintenant de plus en plus
mouvementées ??… Après ce
passage de mon récit
qui est fini à 12h1/2 je me
dispose à aller respirer un
peu l’air frais.

Page 20

L’après midi se passe normale-
ment, je prends un bon bouillon chez
Ferdinand pour tacher de guérir
mon rhume. au réveil du On nous
a remis nos passeports cette
après-midi. Au réveil du 16/12/16
il a neigé quelque peu. Jusque
maintenant elle n’est pas
abondante dans ce pays.
J’apprends par un de Floreffe
qui lui a reçu des nouvelles
(heureux veinard), car moi toujours
bredouille, cela m’impatiente
et me semble très long, que
le père d’Henri17 était mort.
Nous avons fait ce matin une
grande partie de chasse-
cœur18 . Pendant que je fais

17 MATHIEU ; Alexandre MATHIEU est décédé le 07/12/1916
18 jeu de cartes typique de la Wallonie et du nord de la France

Page 21

mon récit, Titin, Alfred 19 , Louis
sont en train de fabriquer une
bonne tasse de café au lait.
Ah que cela va me faire plaisir.
A la soirée grande distribution
de correspondances mais malheu-
reusement encore rien de chez
moi. Je suis à me demander
ce que cela signifie. J’en
reçois une de l’ami Paulin
en réponse à la mienne,
enfin ayons toujours espoir
cela nous rafermirait tant.
Le 17/12/16 voilà encore un
beau dimanche qui passe
au bleu journée triste car
il neige. J’apprends par les
cartes reçues dans la

19 Vraisemblablement Alfred DECOEUR, de Floreffe

Page 22

baraque que vous avez de la
neige, nous autres nous n’en
sommes pas inquiétés car nous
restons à l’abri. J’ai pris
ce matin, après le thé, de l’iode
dans du thé tellement j’ai
encore toussé la nuit. Aussi
je ne me rends pas à la
messe, le local étant trop
froid. Ma pensée s’envolera
encore souvent vers vous
autres tous aujourd’hui.
La journée s’achève très calme
pour un dimanche, nous espé-
rons tous que le prochain
dimanche nous le passerons
avec vous mais Dieu sait ??

Page 23

C’est aujourd’hui le 20ème jour
de départ que nos provisions
de chez nous sont épuisées. Jugez
donc si nous avons été économes.

À Cassel - Problème de santé et vaccination

par Bernard Gillain

du 11/12 au 17/12/1916
Problème de santé et vaccination. Soleil puis neige.

La correspondance.

Cette troisième semaine de déportation n’amène aucun changement notable dans la routine de vie de René Jadot.
Mais pour la première fois, il fait état d’un problème de santé qui l’empêche ainsi de tenir son journal pendant deux jours, les 12 et 13 décembre. Il se dit «indisposé».
Un mal de tête persistant et son «vaccinage» du deux décembre ne lui ont pas permis de fermer l’œil la nuit du 13 au 14. Pour guérir de ce «rhume», rien de tel que de boire un «bon bassin de bouillon bien chaud» que lui sert à deux reprises, les 14 et 15 décembre, son copain Ferdinand de Malonne.
Mais aussi il va chercher des citrons à la cantine, respire un peu l’air frais le quinze décembre et le dimanche 17 au matin, il prend de l’iode dans du thé tellement il a encore toussé la nuit; à un point tel que Maurice, son voisin de chambrée, un râleur, a délogé … Par précaution, René manquera même la messe dominicale, jugeant le local trop froid.
Le lundi 11 décembre, après le repas de midi, on appelle «tous les hommes de fer» qui, sac au dos, pour la plupart quittent le camp pour y revenir après un certain temps; notre déporté ne sait ce qu’il faut en penser, -ce qu’il transcrit dans son carnet par un double point d’interrogation.
Une grande première, d’autre part, depuis l’installation au camp : le jeudi 14 décembre pendant la journée, distribution de correspondance. Attente anxieuse mais hélas, notre déporté ne peut que regretter amèrement qu’il n’y ait rien pour eux, car «cela leur aurait fait tellement plaisir et donné un peu de courage».
Une nouvelle distribution le samedi 16 décembre n’apporte toujours rien de chez lui.
Il en vient à s’interroger. S’inquiète même. «Qu’est-ce que ça signifie?». Seulement une carte, celle de son ami Paulin qui répond à la sienne, mais ne comble pas son attente.
Il est «toujours bredouille» et malgré une bonne tasse de café au lait, il avoue son impatience car le temps lui semble très long …et il compte les jours.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.